Interview - OWLS

 

 

Salut à tous ! 

 

Comme promis, voici l'interview des OWLS. Depuis que je suis rentrée, j'essayerai de publier une interview tous les deux jours, jusqu'à avoir fini de toutes les recopier (il m'en reste quatre et elles font entre 6 minutes et 20 minutes, ça risque d'être long !) et après les interviews, je me mettrais au petit article résumant mon week-end. 

 

Bonne lecture !

 

L : Lucie

B : Boris (batteur + chœurs)

R : Raymond (basse + chœurs + lyrics)

Nicolas (guitare + chant + compositeur + claviers), il a dû malheureusement partir avant l’interview et n’était donc pas présent, mais pour le rassurer, personne n’a dit de mal de lui, bien au contraire !

 

Owls 1

 

 

L : Si vous étiez un animal, quel serait-il et pourquoi ?

Boris : Des fois je fais les mouvements d’un chimpanzé quand je vais chercher mes cymbales à droite et à gauche comme si je sautais de branches en branches et puis comme les singes, je me sers de mes mains et de mes pieds donc je vais répondre un chimpanzé.

[Rires]

Raymond : Ah la vache, c’est dur ! Un chien parce que j’ai deux casquettes : la musique et les chiens.

 

 

L : Pourquoi vous vous appelez « OWLS » ?

R : La vérité vraie, la vraie histoire : c’est du pur hasard. Y’en a un qui dit « Owls ! » et un autre qui l’a rattrapé comme ça [ndr : il a attrapé le mot] et du coup, on le garde. Parce que pour communiquer le hibou c’est un oiseau de nuit donc voilà.

L : C’est pas une référence à Harry Potter du coup ?

R : Pas du tout. Mais du coup ce serait moi Dumbledore, c’est ça ?

L : Y’a moyen, je pense. Après on aurait Harry Potter là [en regardant Boris]. Ah non, tu serais plus Draco, je pense...

B : Draco ? Connais pas ce personnage.

L : Draco Malfoy

B : Ah ok

R : Non ce serait plutôt Nicolas, Draco !

 

 

L : Comment vous définissez votre musique ?

R : Par une musique libre, sans code, du rock, entre l’alternatif et le rock indé pour être plus précis, c’est comme ça qu’on le définit. Et un peu comme pour « Owls », y’en a un qui a dit « On pourrait appeler ça de l’open rock » et les autres ont dit « ah ouais, open rock, c’est ça ! ». On s’interdit rien, y’a du ska, du reggae, du funk, du rock, du progressif… Et si ça sonne, ça sonne quoi.

 

 

L : Quelles sont vos influences ?

B : Moi, beaucoup de classiques rock, Led Zeppelin, Pink Floyd quand j’étais petit et puis tous les groupes qui tournent autour. Et aussi des musiques du monde, tout type de musiques en fait. Après, quand je travaille pour OWLS, je m’inspire de différents rythmes quand même rock, la base du rock.

R : Pour moi, c’est plutôt du progressif mais c’est toujours pareil, le progressif qui est justement ce que j’aime c’est que y’a pas de fermetures quoi, on peut s’autoriser un peu d’une certaine manière comme le hip-hop (par cpontre le hip hop c’est pas du tout dans notre compétence) mais on peut s’autoriser plein de trucs et Nicolas, même s’il n’est pas là, je sais que sa grosse influence reste Radiohead et des groupes comme ça.

 

 

L : Quels sont les thèmes récurrents dans vos chansons ?

R : Alors les textes, c’est pareil, ça part dans tous les sens, y’a pas de, on se prend pas la tête avec les textes. On est pas des poètes. Y’a un texte, « Go On » qui parle de la condition des petites filles dans certains pays comme l’Afghanistan, ou la Syrie. Les petites filles et les petits garçons d’ailleurs. Mais à part ça, « Ever » par exemple, c’est juste l’histoire d’un gars qui arrive jamais à être à l’heure et qui est donc toujours en retard dans tout ce qu’il fait.

 

 

L : Comment et quand vous êtes-vous rencontrés ?                             

B : Alors, pour ma part, suite à une annonce sur le net. J’ai suivi le groupe, je me suis posé quelques questions, et j’ai sauté le pas. Je les ai contactés, eux ont essayé quelques batteurs et avec moi, ça a tout de suite collé, donc c’est comme ça que je les ai connus.

L : Et ça fait combien de temps que tu es dans le groupe ?

B : Ça fait…

R : Ça fait un an.

B : La formation actuelle, avec moi à la batterie a un an.

L : D’accord, et avec Nicolas du coup ?

R : Alors, Nico pour le coup c’est lui qui apporte toute la matière, faut rendre à César ce qui est à César, tout ce qui est composition, c’est Nico qui les amène et quelques fois, presque toutes déjà complètement construites. Moi ça fait un peu plus longtemps que je suis avec Nico mais OWLS, pour nous, a démarré y’a un an quoi, même si avec Nicolas, on travaillait déjà avant.

 

 

L : Est-ce qu’il y a un concert qui vous a le plus marqué ? Que ce soit en bien ou en mal.

B : En mal, celui de la semaine dernière annulé. On devait jouer pour l’occasion des 30 ans de RJN, une radio sur Reims, et malheureusement ça s’est annulé à cause du mauvais temps. Donc en mal, c’est celui qui m’a marqué.

L : Et en bien, il n’y en a pas ?

B : Si, cet après-midi. Ardenn’Rock, évidemment. Avec le beau temps, le public présent...

R : Y’a pas photo.

B : Et le bon esprit général du festival.

L : Ah, c’est parce que vous avez pas vécu ce que les autres groupes ont vécu, ils ont beaucoup voyagé, et généralement ils m’ont cité des pays étrangers comme l’Italie, l’Angleterre, la Suisse…

B : Bah nous pas pour le moment, en tout cas pas pendant notre première année pour l’instant.

L : Ah, ça viendra ! On sait jamais.

R : On a mis une dizaine de mois à se dire « Bon, allez, c’est bon, maintenant on sort, on va montrer ce qu’on fait, ce qu’on propose. ». Donc en fait, c’est vrai qu’on fait de la scène que depuis deux mois à peu près.

B : Oui, depuis deux trois mois.

L : Et c’est vraiment sympa ce que vous faîtes ! Faut aller sur d’autres festivals, en plus là c’est l’été, il va y en avoir qui vont pleuvoir là !

B : Bah écoute, on postule déjà pour 2019 sur les festivals en Champagne-Ardenne, on se renseigne sur ce qu’il se fait et on voit déjà en fonction des disponibilités de chacun.

 

 

L : Si vous aviez un superpouvoir, lequel serait-ce et pourquoi ?

B : Moi, la téléportation, pour alors, ça m’a toujours fait rêver depuis gosse, le superpouvoir ultime...

R : Je vais faire une réponse « cul-cul », moi je suis désolé, je suis vraiment désolé à l’avance. Pour le coup, je suis super naïf, mais mon superpouvoir j’aimerais que ce soit de pouvoir rendre tout le monde gentil, quoi…

[« Haaaaanw »]

R : Je sais, mais j’aimerais que tout le monde soit comme Boris quoi…

B : C’est trop beau, c’est très beau...

 

Owls 2

 

 

Bon, alors c'est sûr que c'est totalement différent de BURP, et honnêtement, j'ai adoré l'interview des OWLS, même s'il manquait un membre. Suite à cette interview, je leur ai donné des noms de concerts et festivals que je connaissais, car j'ai vraiment envie qu'ils continuent ce qu'ils font, et qu'ils se rendent compte qu'ils font des super bons trucs. 

 

Pour ce qui est de la prochaine interview, cela dépendra de si j'ai envie d'écrire un roman ou pas... Ce sera donc une surprise !

 

Merci encore de me lire, et à très bientôt !

 

Lucie.

Ajouter un commentaire